14 jours de grève de la faim, 2000 manifestants et toujours rien

A L’hôpital du Rouvray les jours se suivent et se ressemblent, tant le mutisme de l’Etat et de l’administration de l’hôpital est gênant. Quatorzième jour de grève de la faim et toujours rien : ni le ministre de la santé ni même l’administration de l’hôpital du Rouvray ne se manifestent. L’administration a d’ailleurs complètement disparu de l’établissement et ne semble surtout pas décidée à engager le dialogue... Une situation qui s’approche du drame de jour en jour, puisque dans la journée, deux grévistes ont été hospitalisés.

Une grève est en cours à l’hôpital psychiatrique du Rouvray, depuis le 22 mars, pour dénoncer les conditions de travail du personnel et les conditions d’accueil des patient-e-s. Depuis le mardi 22 mai, 7 membres du personnel ont décidé de se mettre en grève de la faim illimitée.

Ce Lundi à 18h, 2000 personnes se sont données rendez-vous à l’hôtel de ville de Rouen pour une manifestation en soutien aux grévistes de la faim, dont deux ont dû être transportés aux urgences après maintenant 14 jours de grève de la faim. Ils ont en effet perdu 14% de leur masse corporelle soit bien plus que la limite des 10%. Cette situation insoutenable a déclenché un appel à manifestation ce lundi 4 juin. Etaient présents de très nombreux cheminots, dockers, membres de la Garenne (squat de migrant), personnels hospitalier en tout genre et des familles afin de montrer un soutien aux sept grévistes de la faim.
Jeudi dernier, ils avaient occupé les locaux de la direction jusqu’au dimanche soir. Cela n’a provoqué aucune réaction de la part de la direction qui a depuis longtemps déserté les lieux.

Le mode d’action choisi est un geste qui a été porté de nombreuses fois au cours du XXe siècle, d’abord par les suffragettes anglaises pour le droit de vote des femmes en 1905 ; mais aussi lors de très longues grèves de prisonnier-ère-s politiques de l’armée républicaine irlandaise sous Thatcher, provoquant 10 morts dont le plus célèbre est Bobby Sands... De Thatcher à Macron, il n’y a qu’un pas, une politique néo-libérale offensive qui risque, si la situation n’est pas prise au serieux très rapidement, de provoquer le même résultat.

Leurs revendications restent les mêmes :

  1. La suppression définitive des lits supplémentaires qui constituent une sur-occupation chronique de l’hôpital ;
  2. Une solution immédiate aux problèmes des patient.e.s mineur.e.s isolé.e.s hospitalisé.e.s en unité adulte ;
  3. Le renforcement des effectifs ;
  4. L’arrêt des fermetures des structures extra-hospitalières.


Comment soutenir la lutte ?

1. Passer sur le piquet de grève chaque jour à partir de 14h (sauf ce dimanche, à partir de 15h) sur le parvis de la direction.
Centre hospitalier du Rouvray - 4 rue Paul Eluard - 76300 Sotteville-Lès-Rouen (bus F3 arrêt CH du Rouvray, vous ne pouvez pas manquer les banderoles).
2. Participer à la marche de solidarité lundi 4 juin à 18h au départ de l’hôtel de ville de Rouen.
3. Signer la pétition de soutien, sur le piquet de grève ou en ligne sur change.org
4. Contribuer à la caisse de grève, dans une boîte sur le piquet de grève ou en ligne sur lepotcommun.fr
5. Co-signer la lettre ouverte de familles de patient·es et de patient·es.
6. Adresser un courrier à votre mairepour lui demander d’afficher son soutien à cette lutte.

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net

Derniers articles de la thématique « HP du Rouvray » :

HP du Rouvray" ">> Tous les articles "HP du Rouvray"