De l’utilisation de la « guerre sanitaire » pour perfectionner le controle

Face au Covid-19, les gouvernements de tous les pays touchés déploient chaque jour un arsenal technologique innovant pour contrôler la population.
Ainsi, le gouvernement chinois a utilisé les données du Big data pour surveiller sa population dès le début de la crise du Covid-19 : davantage encore la reconnaissance faciale, l’épluchage des conversations et vient s’ajouter la collecte de données pour mieux retracer les deplacements des habitants dans l’espace public, pour identifier ceux qui ne respectent pas les consignes. Ces mesures ont été déployées sur les 15 povinces les plus touchées, où vivent pas moins de 400 milions de personnes. La population locale avait, en outre, obligation d’avoir un téléphone avec un QR code pour faire ses courses, se déplacer, prendre le métro ou au travail. Ce QR code rempli par les habitants et avec l’aide des données de déplacement collectées par les opérateurs, contenait également l’adresse, la température corporelle et le détail des déplacements précédents. L’utilisateur recevait alors le QR code pour la journée avec la couleur qui détermine la procédure : rester chez soi ou autorisation de se déplacer.
Les sociétés Baidu et Megvii ont, quant à elles, developpé des caméras thermiques et de reconnaissance faciale pour détecter des températures corporelles anormales permettant l’analyse de 200 personnes par minute (d’après ces sociétés).
La poussée technologique ne s’arrête pas là : des casques de réalité virtuelle portés par les policiers pour connaître la température des personnes croisées, des mini-robots pour désinfecter les rues, des drones pour prendre la température des personnes et rappeler à l’ordre les déviants. Tout cela ne reste qu’un petit panel de ce qui est employé en Chine.

Un autre pays utilise allègrement la technologie : Israel devrait déployer un suivi téléphonique en temps réel pour alerter les autorités en cas de violation de la quarantaine.

En Corée du Sud, une carte en ligne permet de connaître la position des infectés, leur âge, leur sexe ainsi que leurs trajets quotidiens.

En Italie, 8000 personnes ont été signalées pour non respect du confinement par les opérateurs mobiles. Le gouvernement italien a conclu un accord avec les opérateurs téléphoniques pour surveiller les déplacements des italiens.

Aux Etats-Unis, le gouvernement américain est en discussion avec Google, Apple, Facebook et d’autres entrepises sur un projet de collecte de données de localisation à partir des smartphones.

En Belgique, Orange, Proximus et Telenet, les trois principaux opérateurs vont aider l’Etat belge, en se basant sur les données des trois derniers mois, à identifier les personnes présentant les plus gros risques d’amplifier l’épidémie, ainsi que celles qui présentent le plus de risque.

En France, un sms a été envoyé par le gouvernement à tous les français avec l’aide des opérateurs. Or, en France, le numéro de téléphone est consideré comme une donnée personelle : le partage de ce numéro est donc soumis à un consentement. Techniquement, donc, le sms a été envoyé de façon illégale. L’Etat explique alors l’utilisation des numéros personnels par « la sauvegarde des intérêts vitaux » des personnes ou si elle est « nécessaire à l’exécution d’une mission d’intérêt public ». Le sms a effectivement été envoyé par les opérateurs et non par l’Etat (puisque les opérateurs se doivent de délivrer les consignes gouvernementales pou sauver des vies) mais on peut discuter ce point : ici, l’opérateur se fait porte-parole de l’Etat en utilisant les données qui sont en sa possession. Cela dépasse la simple question de la légalité.

L’Etat français est au début de sa « guerre sanitaire », on peut imaginer qu’il fera lui aussi appel aux technologies développées avec succès par les autres pays afin de surveiller/contrôler au mieux sa population.

Le Covid-19 est l’occasion pour les Etats d’expérimenter des mesures répréssives sur la population. Un moyen de faire entrer des mesures d’exceptions dans le quotidien de chacun. La technologie est alors experimentée sur la population, pour, une fois la crise surmontée, pouvoir continuer à utiliser ces nouveaux outils d’une meilleure gestion des masses.

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

16 juin : mobilisation nationale pour l’hôpital

Alors que les concertations stagnent, que la méthode du gouvernement reste floue et que les espoirs commencent à s’amenuiser à propos des retombées du « Ségur de la santé », et parce que le changement ne pourra venir que du rapport de force et de la mobilisation par le terrain, retrouvons nous à nouveau...

Radio renversée n°5 : renverser l’entraide

Dans cette émission patchwork, nous traversons sept lieux en France métropolitaine pour comprendre comment s’y est organisée la solidarité pendant le confinement : à partir de quels collectifs ou structures pré-existantes, de quelles histoires de résistance, avec quelles analyses politiques, quels...

> Tous les articles "Covid-19"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net