Manifestation du 9 janvier : à Rouen les flics perdent toute raison

Jeudi 9 janvier 2020, rentrée sociale avec une manifestation interprofessionnelle de 30000 personnes dans les rues de Rouen. Manifestation intersyndicale au sommet de son calme voire de son ennui, quand la police a complètement craqué et a décidé une opération coup de poing...

Les manifestants descendaient tranquillement la rue Jeanne d’Arc, le cortège Gilet Jaune croisait la rue du Gros Horloge quand des flics en armures ont commencé à s’engouffrer au milieu d’eux, brandissant les matraques et tapant à tout-va.

On recense pour l’instant 4 blessés dont 3 à la tête et un qui a dû être hospitalisé. Et on compte également une arrestation, sans que le motif n’en soit énoncé.

Une délégation syndicale s’est rendue à la préfecture. S’ils n’obtiennent pas la libération de la personne incarcérée, un rassemblement aura lieu à 17h15 devant le commissariat rue Brisout de Barneville.

Voici le communiqué intersyndical Rouen et Gilets Jaunes :

Manifestation à Rouen :
HALTE AUX VIOLENCES POLICIERES
Ce n’est pas par la répression qu’on arrêtera la mobilisation

Après une première provocation dès 6 heures ce matin, visant à empêcher une distribution de tracts sur le port, un peu plus tard dans la matinée à Rouen, alors que la manifestation contre le projet de retraites à point se déroulait dans le calme avec 30 000 manifestants, un groupe d’une quinzaine de policiers dirigé par le commissaire en charge de la sécurité publique a pris la décision de scinder la manifestation au niveau de l’angle entre la rue du Gros horloge et la rue Jeanne d’Arc. Le motif serait que des manifestants taguaient pacifiquement leurs revendications.

Rien ne justifiait l’emploi massif de gaz lacrymogène et les centaines de coups de matraque dont les vidéos montrent clairement que ce sont des manifestants pacifistes qui ont été matraqués, dont un au moins est sérieusement blessé (traumatisme crânien et 15 points de sutures).

Tout laisse penser que l’emploi de la force policière est une décision politique pour tenter de faire dégénérer la manifestation, que la violence est d’autant plus importante que le gouvernement de M. MACRON est en situation de faiblesse.

Nous demandons au préfet de Seine-Maritime de condamner publiquement l’utilisation sans fondement de la force policière contre les manifestants.

Nous exigeons la libération immédiate de toutes les personnes interpellées, la liberté de manifester à Rouen comme ailleurs.

Ni la violence policière, ni la violence sociale du gouvernement ne nous ferons reculer. Notre détermination à obtenir le retrait pur et simple du projet Macron de retraites par points reste pleine et entière.
Que le préfet et la police le veuille ou non, nous serons dans les rues de Rouen, demain, samedi et tous les jours jusqu’au retrait.

Fait à Rouen, le 09 janvier 2020

Derniers articles de la thématique « Antirépression » :

TuTORiel Tails

[Version mise à jour du tutoriel - Décembre 2019] Tails est un système d’exploitation qui tient sur une clef usb fait pour faire de la sécurité informatique et qui regroupe des logiciels pour se protéger un minimum de la surveillance.

Sons du rassemblement anti-répression à Rouen le 10 janvier 2020

Prises de parole, entretiens et ambiances lors du rassemblement anti-répression devant le tribunal de Rouen le 10 janvier 2020. Ce rassemblement faisait suite à la violente charge policière et à une arrestation arbitraire sur la manifestation du 9 janvier à Rouen. Captations pour l’Acentrale,...

> Tous les articles "Antirépression"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net