Un des meurtriers de Clément Méric « a refait sa vie à Rouen »

Ce mardi 5 septembre s’est ouvert le procès des skinheads accusés du meurtre de Clément Méric, assassiné le 5 juin 2013. Le jeune homme était âgé de 18 ans et s’est fait tuer à Paris par cinq membres de l’extrême droite francilienne. Esteban Morillo est le principal accusé de l’affaire. A l’occasion de son procès, ce dernier s’est métamorphosé afin d’essayer de convaincre qu’il avait changé : costume trois pièces à la place du bombers habituel. Il a également fait recouvrir ses tatouages fascistes : « travail, famille, patrie » juste avant le procès. Les accusés font tout pour dépolitiser leurs crimes.

Nous apprenons en lisant la presse nationale de nombreuses informations sur le procès en cours : notamment que M. Morillo et un de ses co-accusés, M. Dufour, sont actuellement tous les deux en liberté. On apprend d’ailleurs via Sudouest que Samuel Dufour, surnommé « le Führer », a tranquillement refait sa vie à... Rouen.

« Ses blagues sur "les nègres" ou "les PD" lui ont parfois valu des ennuis dans son travail d’apprenti boulanger. Un humour que "vous ne pouvez pas comprendre", a-t-il dit à la présidente. Désormais boulanger à Rouen, il évoque une "ambiance particulière" propre à ce métier : "C’est spécial la boulangerie. Avec mon collègue, on aime bien se pincer les tétons. »

Via Le Parisien :
Comme elle l’avait fait avec Esteban Morillo mardi, la présidente l’interroge longuement sur ses tatouages. Samuel Dufour en arbore de toutes sortes, qu’il n’a pas les moyens de faire effacer. Une toile d’araignée, un cochon ailé, des titres de films de Tim Burton, et aussi un « sang et honneur », à connotation nazie, qu’il affirme avoir choisi parce que « c’était lié à la famille ». « Je savais que c’était rattaché à un parti nazi mais moi je n’étais pas nazi, alors ça ne me posait pas de problème. »

 « Je suis parti à Rouen. Ça coupe vraiment. Et entre le travail et la musculation j’ai pas le temps. »

L’extrême droite s’affirme dans le monde avec de plus en plus en plus de virulence et ce, de manière décomplexée. L’assassinat de Clément Méric n’est qu’une agression fasciste parmi tant d’autres en France : cet été l’attaque raciste à Beaune en témoigne. La chasse aux exilés dans les Alpes par les identitaires, la saga avec l’Aquarius en Italie, ou plus récemment encore, en Allemagne avec les chasses aux migrants dans les rues de Chemnitz ( à lire ici) sont autant de violences fascistes par rapport auxquelles, dans la grande majorité des cas, les Etats se montrent d’une grande complaisance - quand ils n’en sont pas directement les instigateurs.

Le procès de Clément Méric en est un bel exemple avec le témoignage d’un policier à décharge du groupe de skinheads et ce, alors même qu’ils se vantaient le soir même par sms : « J’ai frappé avec ton poing américain », « On les a défoncés »...
A noter également que le principal « témoin » Serge Ayoub - dit « batskin » - est absent du procès avec un simple certificat médical...

Qu’il en soit ainsi, nous ne serons pas complaisants avec l’extrême droite dans nos villes. Il semblait au moins nécessaire de décider que sa vie ordinaire pouvait devenir un enfer. Mais nous ne jouons pas au même jeu que les fascistes, les raisons de lutter sont ailleurs.
Nous suivrons par contre ce procès avec un intérêt d’autant plus vigilant que Samuel Dufour s’est installé dans notre ville.


photo : Samuel Dufour

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net

Derniers articles de la thématique « Antifascisme » :

> Tous les articles "Antifascisme"