[Caen] Un lieu de moins pour les exilés

Le lieu était ouvert depuis juin 2017 et plusieurs familles y résidaient. La ville de Caen et la préfecture ne font rien pour trouver une solution pour les demandeurs d’asile, une situation semblable celle qu’on peut constater dans la ville de Rouen. Le tribunal d’instance de Caen avait donné neuf mois de délai à la cinquantaine de personnes résidentes.
La préfecture a, quant à elle, profité de cette occasion pour procéder à des arrestations puis à des expulsions.

Celles se maintenant indûment sur le territoire national se verront rapidement présenter le dispositif d’aide au retour volontaire par les fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII).

C’est dans un contexte particulier que que cette expulsion a lieu, avec l’adoption il y a quelques jours de la loi asile-immigration qui durcit les conditions de séjour des exilés.

Prenons par exemple l’article 16 qui vise à augmenter la durée maximale de séjour en centre de rétention : elle est aujourd’hui de quarante-cinq jours, le gouvernement souhaitait la porter à quatre-vingt-dix, voire à cent quarante-cinq. Les députés ont maintenu un seuil plancher à quarante-cinq jours, mais plafonné à quatre-vingt-dix jours.

Heureusement, le squatt du marais tient toujours, situé au 5 rue du marais à Caen, dans les anciens locaux d’EDF. C’est le plus grand squatt de France avec 200 habitants. Un lieu que la préfecture et la ville voudraient voir évacué.

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net

Derniers articles de la thématique « Exilés-Sans papiers » :

A la Garenne ou ailleurs - On n’expulse pas l’évidence

Le 7 août dernier, le tribunal d’instance prononçait l’expulsion de l’immeuble la Garenne. Le délai accordé pour quitter les lieux avait été fixé à deux mois, c’est-à-dire le minimum prévu par la loi. Passé ce délai, le lieu pourtant salubre et adapté à recevoir des personnes, sera immédiatement expulsable par...

Une soirée en solidarité aux exilés du squat de la Garenne

Le rendu de l’occupation a eu lieu début août pour le squat de la Garenne et ses occupants. Le tribunal n’a pas retenu la voie de fait demandée par la partie adverse et a donc donné le très petit délai de deux mois. Deux mois pour que 200 personnes puissent trouver une solution d’hébergement. Aucune...

> Tous les articles "Exilés-Sans papiers"