Des faits sur le plan grand froid !

Le 5 février 2019

Lors de notre C.A. du mois de janvier qui, traditionnellement cristallise la colère des enseignants les plus militants parce qu’il montre d’année en année des moyens en baisse, il nous a été demandé de voter une convention qui lierait le collège, le CAPS 76 et le département de Seine-Maritime pour l’accueil de migrants mineurs en cas de plan grand froid.
Les enseignants présents, représentants du personnel, se sont inquiétés de connaitre les modalités de cette convention.

Soupçonnés par leurs questions de faire passer leur confort d’enseignant et d’enseignement avant une urgence humanitaire envers des enfants migrants, la majorité des enseignants et du C.A. s’est rapidement positionnée pour l’utilisation de ce bâtiment neuf, chauffé et doté de douches pour accueillir ceux que la France maltraite.
Les enseignants se sont prononcés « pour » cette pseudo réquisition …

En effet, en posant quelques questions simples, des questions de citoyens humanistes et soucieux de répondre au mieux à la demande qui leur était faite, nous nous sommes aperçus que la convention proposée était pour le moins « light ».

D’abord, au moment du C.A., le matériel (lits, tables, chaises) avait déjà été acheminé vers l’établissement et ce lieu pouvait donc déjà ouvrir. Pourquoi ne fonctionnait-il pas ? Est-ce vraiment l’attente de l’adoption de cette convention qui freine l’ouverture de ce lieu d’hébergement par grand froid ?
Ensuite, lors du plan grand froid, l’enseignement de l’E.P.S. ne pourra plus avoir lieu au collège. Les professeurs feront l’EPS dans des salles de classe ou ne feront pas classe … Sur ce sujet, interpellée par le chef d’établissement, l’éducation nationale ne répond pas et ne donne pas son avis …
De plus, les questions de sécurité liées à la spécificité de cette salle sont négligées. Cette salle est équipée de matériel pour l’activité cirque.

Mais le plus beau reste à venir … La représentante du département nous a indiqué qu’une commission permanente avait eu lieu dans l’après-midi même au département. Cette convention aurait dû être travaillée afin qu’elle soit valide. Or, la convention ne figurait pas à l’ordre du jour et n’a pas été présentée à la discussion.
Le département demande à notre établissement de voter une convention dans l’urgence car les jeunes migrants ont besoin en ce moment d’être hébergés et d’être au chaud alors que cette institution n’avait pas encore validé légalement cet acte et ne prévoyait pas de le faire.

Le C.A., à la demande des enseignants, a organisé une commission de sécurité pour finaliser au mieux la convention. Treize enseignants, en réunion syndicale, lundi 4 février, ont voté l’adoption de la convention au C.A. du 6 février sachant que le département n’avait toujours pas fait sa part de travail pour l’utilisation du gymnase.

Mon questionnement personnel porte sur deux choses :

D’abord est-ce à la communauté éducative (parents, enseignants, parents d’élèves) de décider de l’utilisation d’un bâtiment du département ?
L’Etat, le département ne devraient-ils pas prendre la décision dans l’urgence et faire en sorte de ne plus avoir à faire de réquisition ? Autrement dit, l’Etat, le Département ne devraient-ils pas prévoir des lieux d’accueil pour les êtres humains dans le besoin ?

Ensuite, M. Rouly, membre de longue date du C.A. de notre établissement, est venu nous tenir un discours très alambiqué. Il nous a expliqué son indignation mais … il ne prendrait pas part au vote de la convention. En effet, il devait partir et il était préférable pour le C.A. de nous prononcer en son absence. Quel courage !

Les citoyens membres du C.A. se sont, eux, prononcés, regrettant d’être plongés dans un débat où des représentants politiques poussent un Conseil d’Administration de collège, une communauté éducative à gérer, très lentement, une situation d’urgence pour l’accueil d’enfants en danger de mort de froid, de faim, de solidarité …

Derniers articles de la thématique « Exilés-Sans papiers » :

Dans la vallée des larmes – souvenirs d’été dans la Roya

Rouennaise d’origine, Sophie s’est installée dans vallée de la Roya il y a une dizaine d’années. Autour d’un café et au son des cigales, elle évoque devant nous sa région d’adoption et le drame quotidien qui s’y déroule, bien caché dans la...

> Tous les articles "Exilés-Sans papiers"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net