Pourquoi la lutte a encore un sens : les grévistes du Rouvray obtiennent un accord

Les salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray étaient en grève depuis le 22 mars et plusieurs d’entre eux avaient entamé une grève de la faim le 21 mai. 18 jours après le début de cette grève, un accord a été trouvé avec l’ARS (Agence Régionale de Santé).

S’il y a une chose à retenir de cet épisode du Rouvray c’est bien que la lutte sociale a aujourd’hui encore un sens et un pouvoir sur ce qui nous écrase. Même si les formes de lutte sont toujours à interroger.

Il a donc fallu passer par 18 jours de grève de la faim pour obtenir 30 postes sur les 52 demandés par l’intersyndicale pour l’effectif soignant. Pour obtenir la création d’une unité spécialisée pour les adolescents.

Et cette victoire clamée par les syndicats est bien à l’image de notre époque : alors que le personnel de l’hôpital était en grève depuis le 22 mars, il aura fallu le spectacle provoquée par une forme de grève bien plus médiatique pour que la guerre de communication se mette en branle. Oups, bon, ça commence à en parler nationalement, on va peut-être réagir.

Mais dans tout cet élan médiatique, peu de place a été accordée à une critique de fond sur la psychiatrie. L’attention s’est focalisée sur la santé des grévistes alors que la vraie question était davantage : pourquoi on arrive à ce point de malaise ? Qu’est-ce que c’est l’univers de la psychiatrie [1].

Bref, une opération médiatique a fonctionné, la lutte continue...

Notes

[1Sur le sujet, vous pouvez lire aussi Zoopolice : Des vocations dévoyées à l’HP du Rouvray.

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net