Soyons tou.te.s des boxeurs chariot élévateur !

Les dés sont tellement pipés que les annonces d’Édouard Philippe n’auront surpris personne. Le poison liberticide est si bien ancré dans notre nourriture quotidienne que l’on accepte le vomi sécuritaire en le trouvant presque bon, tout du moins salutaire.

Nous savions que les réponses du pouvoir face à l’intensité de l’acte 8 seraient féroces et violentes. Choqué par les coups de poing reçus par des CRS et la porte d’un ministère défoncée par un transpalette, le gouvernement joue la même carte que depuis le début : l’escalade répressive. Objectif : mater toute rébellion, en jouant sur la peur d’être blessé et/ou condamné. Quitte à délaisser nos sacro-saints Droits de l’Homme, bien peu utiles quand il s’agit de défendre des intérêts de classe.

L’ultra-sévérité contre l’utra-violence. Discours implacable. Indiscutable : 5 500 gardes à vue, 815 comparutions immédiates, 1 500 manifestants blessés dont plus de 15 personnes avec des membres arrachés (œils, mains, pieds...). Pour quel bilan en face ? Combien de membres arrachés chez les CRS, ou même d’hospitalisation ? Et surtout, combien de mesure de suspension de travail, voir de procédures judiciaires ouvertes face aux centaines de bavures recensées (et répertoriées en photos et vidéos) ?

Sans compter le décès à Marseille de Zineb Zerari suite à une grenade tirée par un CRS dans son appartement. Et, puisqu’on est à Marseille, et qu’on fait le bilan des drames de la crise actuelle, on pourrait rajouter dans la balance à charge du pouvoir les huit morts de la rue d’Aubagne. Auxquels nous pouvons rajouter les dizaines de récents décès liés au mal logement et aux conditions de vie indignes. Car oui, derrière ces drames se cachent toujours des enjeux économiques et des arbitrages du pouvoir et des puissances financières. Et oui, une partie de la population commence à s’en rendre compte et à s’y opposer, fermement, y compris physiquement.

Mais non, il nous faut nous choquer et nous scandaliser d’un homme ayant donné des coups de poing à des CRS sur-équipés et casqués. Nous devrions nous indigner d’une porte défoncée par un transpalette et d’un ministre ayant presque senti l’odeur des sans-dents.

Les nouveaux chiens de garde sont là pour appeler les Gilets Jaunes à retrouver « la raison », à se désolidariser des plus radicaux et des plus violents. Même mécanisme qu’à chaque soulèvement depuis des décennies.

Le discours, à peine voilé, est le suivant : « gueulez tant que vous voulez, mais restez à votre place, et surtout, respectez la loi. » Ce respect de la loi qui est sans cesse invoqué pour exclure les parties les plus turbulentes et indisciplinées d’une révolte. Mais qui n’a plus lieu d’être lorsqu’il s’agit des représentants de l’État.

Comment comprendre une société qui accepte sans s’offusquer de voir depuis six semaines autant de bavures policières (passages à tabac, humiliations, violence gratuite) et autant de décisions de justice clairement arbitraires et politiques, et qui s’indigne pour des voitures brûlées et une porte défoncée ? La seule réponse logique est que l’inquiétude ne vient pas de l’acte mais des conséquences potentielles de l’acte, à savoir une insurrection. Voir une révolte populaire.

Le mécanisme légal que le gouvernement veut utiliser contre les manifestants « radicaux » est exactement celui testé il y a près de dix ans par Sarkozy et Hortefeux sur les supporters de foot. Officiellement, et donc aux yeux du « bon peuple français », il s’agissait d’empêcher des hooligans racistes et assoiffés de sang d’accéder aux stades les jours de match, et ce, même si ces personnes n’avaient pas été condamnées par un tribunal. C’est la préfecture qui jugeait de la dangerosité desdits hooligans. Sauf que la mesure à surtout permis de criminaliser les ultras (qu’ils soient de gauche, de droite ou apolitique) et de les empêcher de vivre leur passion dans les tribunes de façon cohérente avec leur mouvement, à savoir en autonomie du club, des autorités et de la fédération. Ce qui gênait Sarkozy et le pouvoir, ce n’était pas quelques dizaines de nazillons (déjà identifiés) mais les milliers d’ultras qui vivaient dans une contre-culture de plus en plus subversive et hors du système ultra libéral du foot de haut niveau.

L’exemple des supporters interdits de stade est donc ô combien éclairant et inquiétant : avec l’épouvantail du raciste violent, le pouvoir va chercher à criminaliser tous les Gilets Jaunes avides de liberté, d’autonomie et de changements radicaux.

La riposte face à ce nouveau virage sécuritaire et liberticide va être très compliqué à trouver. Le pouvoir espère isoler les plus déterminés, puis les voir aller encore plus loin dans la radicalité, pour pouvoir encore plus les isoler et les criminaliser.

Il est donc plus que jamais nécessaire, essentiel, vital, d’être encore plus nombreux samedi 12 janvier dans toutes les villes de France. Et d’être encore plus déterminé, en première ligne, qu’importe la violence de la riposte policière. Ceux qui sont sur le terrain depuis des semaines se rendent compte qu’il n’y a pas d’un côté les Gilets Jaunes Bisounours et de l’autre la foule haineuse tant espérée par Macron. Non, il y a une population extrêmement hétéroclite et solidaire, qui se retrouve. Et se découvre l’envie commune de renverser la table. Une table pourrie sur laquelle l’amoncèlement de cadavres et d’injustices ne fait qu’augmenter de jour en jour. Car n’en déplaise à BFM et à Macron, ce dont rêvent les Gilets Jaunes, ce n’est pas de sang et de larmes mais bien de bonheur et de fraternité.

Alors si un boxeur et un transpalette ont pu faire trembler ce pouvoir mortifère et nauséabond, soyons des milliers de boxeurs et de transpalettes lors de l’acte 9 de samedi prochain.

tiré de cerveau non disponible :https://www.facebook.com/cerveauxnondisponibles

Derniers articles de la thématique « Gilets jaunes » :

Commercy, dans mon coeur une cabane

Commercy, c’est le turfu. Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, Commercy, commune de Meuse s’est faite remarquer par l’imaginaire qu’elle a développé : celui du communalisme, de l’auto-organisation et des assemblées populaires.

 ! " >Du 16 mars à Jupiter !

Samedi 16 mars s’annonce comme une date importante pour le mouvement des Gilets Jaunes. Personne ne peut prédire le résultat de cette nouvelle mobilisation nationale à Paris. Ce qui est sûr, c’est qu’elle sera un tournant pour la suite. Il ne tient qu’à nous que ce tournant prenne la bonne direction....

> Tous les articles "Gilets jaunes"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net