Comment j’ai été convaincue par l’écriture inclusive

En janvier 2018 paraît Féministes, Récits militants sur la cause des femmes. Il s’agit de « témoignages, parlant des femmes aujourd’hui », la rédactrice en chef est une membre du « Collectif des Créatrices de BD contre le sexisme », Marie Gloris Bardiaux Vaïente. Le panel de sujets abordés est large : harcèlement de rue, clichés sexistes, intersectionnalité, langage inclusif, transidentité, prostitution...
Ce n’est pas la première compilation en BD que je lis, et comme chaque fois, je suis déçue autant que surprise par les récits qui se succèdent.
Étonnamment, dans celle-ci, j’ai été séduite par celle qui s’intitule L’écriture inclusive, de Morgane Parisi.

Dans le milieu politique où nous évoluons, il a toujours été de bon ton de railler l’écriture inclusive : trop superficielle, trop réformatrice, assez peu révolutionnaire finalement. Comme si notre façon d’écrire, d’employer la grammaire, pouvait avoir une quelconque influence sur les comportements. Et pourtant, depuis quelques temps, elle est de plus en plus présente. Au point de connaître des tentatives d’officialisation par l’Etat.
Si d’ailleurs elle devient règle officielle, ça semble une raison de plus pour s’en méfier. Mais heureusement la vieille France est là pour empêcher ce genre de débordements. Pour l’instant, l’emploi de l’écriture inclusive à l’école ou dans les textes officiels est rejetée, avec des arguments liés à la norme linguistique française (comme on peut le voir ici.)
Et c’est là que cette BD m’a interpellée : Morgane Parisi nous rappelle que la grammaire française a évolué et que son évolution n’est pas déliée de choix politiques. Au moment de la fixation de la langue, quand il a fallu déterminer le genre des noms, de nombreuses occupations pouvaient être des deux genres : « autrice », « poétesse », « professeure ». Et les accords se faisaient par proximité : on accordait les adjectifs au nom le plus proche. Racine écrit ainsi « Les jours et les nuits sont belles. »
Mais au XVIIIe siècle, alors que la figure de l’Homme émerge dans le siècle des Lumières, les femmes sont davantage encore écrasées par cette supériorité masculine. Et la grammaire est changée. On passe d’une logique majoritaire : si l’on désigne plusieurs femmes et un homme, on utilise « elles » ; à une logique hiérarchisante où c’est le pronom « ils » que l’on utilisera à partir du moment où on compte un homme parmi des femmes.
A partir de là, même s’il ne s’agit pas de se dire que le changement d’une règle de grammaire permet un changement des comportements, on peut se dire qu’en tous cas, aucune norme de la langue française n’est figée et qu’une évolution a du sens.

Pour anecdote, un éditeur de manuel scolaire, Hatier, est pointé du doigt pour avoir publié le premier manuel scolaire en écriture inclusive. Ce n’est pas un hasard si la levée de bouclier est menée par « La manif pour tous ».

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net

Derniers articles de la thématique « Genre - Féminisme » :

Comment j’ai été convaincue par l’écriture inclusive

En janvier 2018 paraît Féministes, Récits militants sur la cause des femmes. Il s’agit de « témoignages, parlant des femmes aujourd’hui », la rédactrice en chef est une membre du « Collectif des Créatrices de BD contre le sexisme », Marie Gloris Bardiaux Vaïente. Le panel de sujets abordés est large :...

> Tous les articles "Genre - Féminisme"