Acte IV : Pas de retour à la normale prévu

L’Etat promettait des morts, des blindés, des arrestations de masse dignes des pires régimes... Il a utilisé la peur sur toutes les ondes, toute la semaine. Mais ce qu’on a surtout vu c’est un esprit de résistance tenace et du jaune partout en France. Dans chaque village, chaque ville, l’opération politiquo-médiadique du gouvernement n’en finit plus d’échouer.

Le nouveau délit de « participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations » est devenu le nouveau jouet du maintien de l’ordre, permettant d’arrêter n’importe qui pour à peu près n’importe quoi. Même à plusieurs kilomètres d’une manifestation. Juste à Paris, 1200 arrestations sont dénombrées. L’Etat a usé également d’arrestations préventives en ciblant une trentaine de personnes.

Ces arrestations de masses ou préventives auraient pu produire des titres sur les régimes autoritaires dans notre presse nationale si elles avaient eu lieu en Turquie ou en Russie. Ici elles provoquent juste une complaisance envers la police « qui est fatiguée » justifiant ainsi les abus et exactions de ces flics qui depuis plus de trois semaines ont mutilé des dizaines de personnes un peu partout en France. Le traitement que la presse fait du mouvement n’aura comme effet qu’accentuer ce qui existe déjà : la rupture entre elle et la population. Ce qui est diffusé est tellement loin de la réalité. Le parti pris de la presse est exactement celui de l’Etat : quasiment aucun autre discours que la version officielle n’est relayé. L’exemple le plus criant est celui des chiffres délirants des manifestations semaines après semaines : il y aurait 10000 gilets jaunes à Paris selon le ministre de l’Interieur samedi 8 et 136 000 manifestants dans toute la France. Aucun média, même ceux qui étaient sur place, pour donner une contre-information. Si vous avez eu la chance de venir dans les manifestations parisiennes des samedis 1er et 8 décembre, vous savez qu’il faut multiplier ce chiffre par 7 ou 8 pour obtenir quelque chose qui, au moins, colle avec le déploiement de la totalité du dispositif policier en France. 90000 hommes dont 10000 à Paris, notamment les unités d’élite : la B.R.I et le G.I.G.N. Comment expliquer les émeutes qu’ont connues Toulouse ou Bordeaux ? Ce sont les plus grosses depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Dans bien d’autres villes, les manifestations ont été massives et on imagine que de tels affrontements ne sont possibles qu’avec des manifestants en très grand nombre.
L’Etat ne déploie pas des blindés pour 130000 manifestants et ne recule pas chaque semaine sur ses réformes pour un mouvement en perte de vitesse. 10000 manifestants ne font pas fermer tous les magasins de Paris.

Alors que Cnews et BFM avaient deployé leurs journalistes sur les toits de la plus belle avenue du monde, c’était ailleurs qu’il fallait regarder : voilà un retour précis sur les évènements à Paris que vous pouvez trouver sur parisluttes.info
Heure par heure, quartier par quartier, on a ici un aperçu réaliste des manifestations d’hier par ceux qui l’ont vécu. Le chiffre de 10000 manifestants ressemble de plus en plus à un épisode de Serge le mytho.

La force des Gilets Jaunes ce samedi 8 a bien été de fermer Paris en pleine période de Noël. Pas un magasin ouvert, chacun avec ses panneaux en bois pour protéger sa vitrine, des dizaines de stations de métro fermées. Impossible de faire ses emplettes tranquillement, et ce, même avec moins de manifestants que le 1er décembre. Le gouvernement doit, quant à lui, deployer une force et une énergie délirante pour pouvoir contenir cette colère. Malgré ce qu’en disent les médias, pas d’essouflement ici, aucune ombre de retour à la normale.

De Rouen à Marseille, et partout ailleurs : pas de retour à la normale

Rouen 2000 manifestants Gilets Jaunes et de la marche pour le climat. Mais pas sans mal, tant la préfecture et les organisateurs de La marche pour le climat avaient peur de cette rencontre. A la fin de la manifestation, une tentative de bloquer les docks 76 est lancée. Les manifestants sont gazés, les docks fermeront par la force des choses ! Plus tôt dans la matinée, la zone commerciale de Tourville a été bloquée pour le 4e samedi consécutif !

Barentin 11 fourgons de Gendarmes Mobiles accompagné d’un gros dispositif policier sont déployés pour une commune de 12000 habitants : fouille et dispertion rapide après la charge.

Le Havre 1500 manifestants : les policiers ont chargé et gazé la manifestation, les magasins on été fermés plus tôt.

Caen Blocages et manifestation sauvage à 3000, les magasins et les centres commerciaux sont fermés au passage de la manifestation. Le périphérique est envahi et bloqué. On recense plusieurs bléssés grave, notamment avec des LBD 40. Des affrontements ont eu lieu pendant plusieurs heures sur ce même périphérique.

Tour 5000 manifestants. Après avoir laissé la ville aux manifestants pendant 3h, la police a finalement gazé en fin de journée.

Nantes 8000 personnes. La police a attaqué le cortège très vite. Des affrontements ont alors lieu, quelques molotov sont jetés, et ce jusqu’à la tombée de la nuit.

Lille 8000 manifestants répartis en deux cortèges : La marche pour le climat et les Gilets Jaunes. Arrestation de 30 personnes en fin de manifestation.

Toulouse Plusieurs milliers de personnes ont largement débordé le dispositif policier pendant plusieurs heures, en ciblant les banques et les agences immobilières. Une barricade géante a été errigée dans le quartier de Saint Cyprien. 24 arrestations, 7 blessés.

Bordeaux Plusieurs milliers de manifestants, deux véhicules blindés et 600 policiers et gendarmes. Affrontements violents, plusieurs blessés grave dont une main arrachée par une grenade Gli F4. 44 interpellations, 35 blessés. Autoréductions et barricades par dizaines.

Saint-Etienne 5000 manifestants, une voiture de police brulée, des autoréductions dans les magasins, un blessé à la tête par flashball, plusieurs arrestations.

Marseille Manifestation de 8000 personnes, affrontements, autoréductions. 12 arrestations et ce, malgré l’énorme dispositif - dont deux blindés.

Dans toutes ces villes et dans toutes les autres, que nous n’avons pas cité ici, mais aussi dans de nombreuses zones commerciales, des ronds-points, des péages, la mobilisation a continué. Elle a même été amplifiée ce week-end jusqu’à atteindre un degré de conflictualité par endroit que seules les violences de la police et les arrestations de masse ont pu contenir. Mais que certaines institutions vont avoir du mal à assumer sur le long terme. Reste à savoir maintenant combien de temps ce gouvernement à l’agonie va tenir à ce rythme. Pas de retour à la normale prévu et c’est tant mieux !

Derniers articles de la thématique « Gilets jaunes » :

 !" >Jaune, le journal pour gagner !

Pour fêter cet Acte IX, des GJ de plusieurs villes de France ont décidé de faire exister leurs positions au sein du mouvement par le biais d’un journal papier et numérique (jaune.noblogs.org). Ces positions, elles sont celles de la victoire, contre une vie trop chère pour être...

Ça casse où ça passe

Avec ses nouvelles mesures « anti-casseurs », Edouard Philippe tente de polariser les débats autour de la violence des gilets jaunes. Pour conserver notre force, rappelons-nous qu’un mouvement n’est jamais aussi fort que dans la pluralité de ses modes...

> Tous les articles "Gilets jaunes"

Derniers articles de la thématique « Antirépression » :

L’Etat se saisit du crime et veut sidérer

Et quand le hasard fait que le peuple n’a plus confiance en personne, comme cela arrive parfois, ayant été trompé dans le passé par les choses ou par les hommes, on en vient nécessairement à la ruine.

> Tous les articles "Antirépression"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net