L’association de malfaiteurs en contexte « Gilets Jaunes » à Toulouse

Alors que le mouvement « Gilets Jaunes » continue de battre son plein, début février, à Toulouse, deux perquisitions mobilisent plusieurs dizaines de policiers pour mettre en examen un homme. Un coup de pression alors que le dossier est vide, sur des personnes présentes dans le mouvement « Gilets Jaunes » et liées à ce que l’Etat désigne « la mouvance autonome ».

Voilà comment Médiapart présente les faits :

Samedi 2 février, R. garde la fille d’une amie chez elle, dans un appartement situé dans le quartier de la préfecture. C’est le milieu de la journée, la manifestation de l’acte XII va bientôt démarrer. Voyant des policiers contrôler un groupe de personnes dans la rue, il descend fumer une cigarette et observer ce qui se passe. Interpellé pour une vérification d’identité, R. refuse de la décliner et de donner son ADN. Il en a le droit mais il s’agit d’un délit. Il est placé en garde à vue.
Le 4 février, R. est présenté à la juge d’instruction Élodie Billot, l’un des deux magistrats qui, en janvier 2018, avaient rendu une ordonnance de non-lieu dans le dossier de la mort de Rémi Fraisse à Sivens. Il est mis en examen pour association de malfaiteurs et placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Seysses.
Mardi 19 février, la cour d’appel du TGI de Toulouse examinera son ordonnance de placement en détention provisoire. « On veut qu’il bénéficie au moins de mesures de contrôle judiciaire » lui permettant de sortir de prison, annonce son avocate Claire Dujardin.
Qu’y a t-il dans le dossier ? Le procureur du TGI de Toulouse, Dominique Alzeari, nous oppose le secret de l’instruction en cours. Tout en confirmant l’interpellation, puis la mise en examen de R. pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de destruction et des dégradations graves » et pour « plusieurs délits connexes, dont le refus de se soumettre aux relevés d’empreintes, le refus de se soumettre aux examens génétiques ou encore l’usurpation d’identité d’un tiers ».
Mais selon les informations que nous avons pu recueillir auprès de diverses sources proches de l’enquête, rien ne justifierait ce placement en détention. De nombreux « PV de contextes » relatant les manifestations depuis novembre figurent dans le dossier, mais aucune infraction, même mineure, impliquant R. n’y apparaît.

L’affaire mérite qu’on s’y arrête.
Le site IATAA met en évidence les points d’appui de la répression dans ce mouvement « Gilets Jaunes » :

Fin janvier, la préfecture annonçait la création à Toulouse d’un groupe d’enquête spéciale Gilets Jaunes, composé d’une dizaine de policiers de la sûreté départementale et d’« investigateurs en cybercriminalité ». Ils travaillent en collaboration avec le parquet et sous la direction du procureur. A leur disposition les heures d’images produites chaque samedi : ils les passent au peigne fin avec pour objectif l’identification des manifestant.es. Déjà une quarantaine d’enquêtes semblent avoir été ouvertes.
L’association de malfaiteurs qu’ils ressortent ici, est de plus en plus utilisée ces dernières années, véritable fourre-tout juridique permettant à la justice et la police de faire ce qu’ils veulent. Elle ne vise pas à incriminer pour des faits en particulier mais à réprimer à plus grande ampleur. Ce qui est visé, ce sont les liens, le soutien, l’ambiance qui permet à la contestation d’exister sous toutes ses formes, c’est "l’entente en vue de" Cela leur permet notamment de mettre en place des écoutes téléphoniques, des géolocalisations, des filatures, des perquisitions, de la surveillance informatique et de suspecter ceux et celles qui ne veulent plus subir sans rien dire.

Depuis le début de ce mouvement, le gouvernement qui peine à maintenir son autorité malgré l’assurance et le mépris affichés, utilise toutes les formes de répression disponibles. Il s’agit chaque fois d’isoler des individus, d’en faire des exemples terrifiants, que ce soit en les blessant, en les arrêtant ou en les condamnant dans des proportions qu’aucun mouvement social n’a connu jusque là.
On en arrive logiquement à l’utilisation absurde de cet arsenal : l’association de malfaiteurs formée par un seul homme.

Nous reprenons pour nous la conclusion du site IATAA :

A travers ce type d’enquêtes ou d’instruction, c’est le mouvement en cours dans son ensemble qui est directement attaqué. C’est une tentative de plus visant à diviser les manifestant·e·s, en isolant certaines personnes, alors même que l’on assiste depuis plusieurs semaines à un large mouvement populaire qui prend la rue en s’exprimant de manière plurielle. Ne nous laissons pas faire et affirmons ensemble « Nous sommes tou.te.s des malfaiteurs »

photo :
Marin Driguez

Derniers articles de la thématique « Gilets jaunes » :

Manifestation Gilets Jaunes le 7 septembre à Rouen

Parce qu’il n’existe aucune raison d’arrêter ce qu’on n’a pas encore achevé, le 7 septembre une manifestation régionale est appelée à Rouen par l’ensemble des Gilets Jaunes de Rouen. Rendez-vous à 11h00 à l’hôtel de ville.

Sinon nous qui d’autre

Eléments pour continuer. En mars 2019 les instituts de sondage français ont arrêté de poser la question du soutien au mouvement des gilets jaunes par la population tant le résultat espéré – passer sous la barre des 50% – était absent. Le mouvement, quant à lui, n’a jamais pris fin, malgré la stratégie...

> Tous les articles "Gilets jaunes"

Derniers articles de la thématique « Répression des luttes » :

6 au 12 août 1894 : le procès des 30 (ou les lois scélérates à l’oeuvre)

Il y a 120 ans, le 6 août 1894, à Paris, s’ouvre le « Procès des Trente » devant la Cour d’Assises de la Seine. Le pouvoir et la police, désirant en finir avec « la propagande par le fait » et les agissements anarchistes, ont intensifié la répression contre le mouvement anarchiste grâce au vote des « lois...

Communiqué unitaire de collectifs de street medics

Parce qu’il nous paraissait nécessaire et urgent de réaffirmer que la pratique medic est une pratique politique avec tout ce qui en découle, plusieurs collectifs ont rédigé et signé le communiqué que voici. Pour les personnes ne pouvant lire le texte sur les images associées au post, vous pouvez en...

> Tous les articles "Répression des luttes"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net