Exilés à Rouen : parce qu’il va bien falloir qu’un jour nouveau advienne

Un rassemblement était appelé aujourd’hui à 13h place de la Cathédrale en soutien aux migrants et surtout aux mineurs isolés.

gilets jaunes, gilets rouges, kways noirs, même Macron, même combat

Les manifestants ont remonté la rue du Gros Horloge puis sont descendus vers la Seine au son des slogans habituels : "Un toit c’est un droit", "Nous sommes tous des enfants d’immigrés", ainsi que quelques petits nouveaux : "Gilets jaunes, gilets rouges, kways noirs, même Macron, même combat".

L’objectif était d’atteindre l’hôtel du Département situé rive gauche.
Ici c’est d’assassinat dont a été accusé le directeur général M. Caillaud.

Depuis la fin du mois d’août 2018, 172 nuits à l’auberge de jeunesse ont été financées par les associations d’aide aux migrants, en plus des hébergements solidaires pour les mineur.e.s non accompagné.e.s, soit 4300 euros. Depuis le 31 octobre, les associations engagent des référés à l’encontre du département qui est condamné à une astreinte de 600 euros par mineur.e et par jour. Soit 136600 euros à l’heure actuelle pour 18 mineur.e.s. Cet argent devrait être versé à l’état mais M. Caillaud se vante dans la presse de ne jamais payer ces amendes. Si les associations avaient cet argent, les mineur.e.s ne seraient plus à la rue.
Les étudiant.e.s ont rejoint la lutte et se sont joints à l’appel à manifestation d’aujourd’hui.

Les policiers sont rapidement venus protéger le bâtiment en n'hésitant pas à matraquer et bousculer tous ceux qui se trouvaient sur leur passage.

Une fois arrivés à l’hôtel du Département, les manifestants ont tenté d’entrer à l’intérieur, mais les policiers sont rapidement venus protéger le bâtiment en n’hésitant pas à matraquer et bousculer tous ceux qui se trouvaient sur leur passage, alors même qu’ils commençaient à reculer.

Consigne a été donnée par les chefs syndicaux de se rendre sur le quai Jean Moulin pour tenter de perturber une réunion départementale. Là encore, même procédé policier.
La police a enfin tenté de nasser le cortège près du pont Guillaume Le Conquérant.
Le cortège est ensuite parti vers la préfecture où la manifestation s’est dissoute.

Les gilets jaunes ont été par ailleurs reçus à la préfecture dans la foulée avec des revendications sur le prix de l’essence mais aussi sur les conditions des étudiants et des réfugiés et d’autres encore.
On sait que ces revendications ont peu de chances d’aboutir mais vu le contexte en France on peut imaginer...

Finalement que retenir de tout ça ?

Cela fait des mois que des personnes viennent en aides aux exilés en se substituant au devoir législatif de l’Etat. En s’organisant pour leur trouver un lieu où dormir ou de quoi manger mais aussi l’aide administrative et morale.

Le harcèlement sur les migrants et ceux qui les soutiennent est orchestré par Fabienne Buccio, ancienne préfète du Nord-Pas-de-Calais qui fit détruire le camp de refugiés de Calais, où vivaient 8000 personnes, en plein hiver, et interdire même toute manifestation de soutien : « L’interdiction de toute manifestation revendicative en lien avec la question des migrants à Calais, Sangatte, Coquelles, Fréthun et Marck-en-Calaisis, pour l’ensemble de la journée du 1er octobre 2016 ».

Voilà dans quel pays nous vivons : un pays où on perce les duvets des exilés, où on leur laisse une seule chaussure, où on traque et on déporte, où les lois même ne sont pas respectées par celles et ceux qui prétendent nous y soumettre par la force. La préfète est petite fille d’un migrant italien qui avait, lui, fui le fascisme en son temps. Elle décide d’en appliquer finalement bien des années plus tard les principes. La situation autour des exilés ne pourra que se tendre face aux matraques de la garde de la préfecture et au manque de solutions.

Quelques personnes présentes aujourd’hui à la manifestation.

Derniers articles de la thématique « La Garenne » :

Appel à cuisine solidaire pour les Exilé.es

Quelles que soient les résistances, elles commencent généralement avec une histoire de cantine populaire, parce que le besoin premier de tout humain est de se nourrir, le suivant de se soigner et de s’abriter. Se donner les moyens de l’autonomie, mais surtout les donner à d’autres, me semble un...

L’université de Rouen en lutte pour les exilé.es

La mobilisation continue à la faculté de Rouen : une assemblée générale aura lieu le 20 novembre sur l’esplanade de la faculté de Lettres à 10h et le jeudi 22 novembre l’ensemble du personnel et les étudiants en lutte appellent à manifester à 13h au départ de la cathédrale. Voici leur...

L’appel des collectifs Rouennais pour les exilés

Face à une situation insupportable de persécutions des personnes exilées à Rouen, notamment avec l’expulsion de deux occupations en une semaine, plusieurs collectifs s’organisent et lancent un appel à manifester samedi 27 octobre.

> Tous les articles "La Garenne"

Derniers articles de la thématique « Exilés-Sans papiers » :

Race et histoire

« Nous savons maintenant que la Terre n’est qu’un point dans l’Univers. A part le nôtre, quantité d’autres mondes existent, et l’astronomie en découvre toujours des nouveaux, dans l’infini. » Ou comment penser la gestion de « l’autre », de « l’étranger ...

> Tous les articles "Exilés-Sans papiers"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net