Un délibéré très attendu et un pique nique quoi qu’il arrive

Tout commença le 19 mai dernier. À l’instar de ses aînés de Nantes, de Paris ou de Caen, la Garenne naissait sur cette simple idée : celle que personne n’est illégal. Le sort de 200 personnes est suspendu à une décision de justice.

C’est dans un contexte particulier que le délibéré va avoir lieu, avec l’adoption il y a quelques jours de la loi asile-immigration qui durcit les conditions de séjour des exilés.

Prenons par exemple l’article 16 qui vise à augmenter la durée maximale de séjour en centre de rétention : elle est aujourd’hui de quarante-cinq jours, le gouvernement souhaitait la porter à quatre-vingt-dix, voire à cent quarante-cinq. Les députés ont maintenu un seuil plancher à quarante-cinq jours, mais plafonné à quatre-vingt-dix jours.

200 personnes dont de nombreuses familles risquent d’être expulsées par la préfète Fabienne Buccio, spécialiste des questions migratoires : c’est elle qui avait détruit le jungle de Calais. Le site A l’ouest avait dressé son portrait lors de sa prise de fonction : « Et tandis que revoilà la sous-préfète... »

Les habitants n’ont eu aucune solution ou alternative proposée par les autorités, en cas de décision défavorable, ils se retrouveront à la rue.

Le collectif de la Garenne contre les expulsions lance un appel à venir les rejoindre mercredi 8 août à partir de 11h pour attendre le délibéré ensemble autour d’un pique-nique, 19 rue du hameau des brouettes, à Rouen, dans le lieu occupé de la Garenne :

Parce qu’à la Garenne, l’occupation est, depuis trois mois une totale réussite.

Parce qu’en dépit des pressions, nous sommes parvenus à cette victoire,
tant politique qu’humaine.

Parce qu’une décision de justice, quelle qu’elle soit, n’infléchira pas notre détermination.

Pour toutes ces raisons, mercredi 8 août, quand sera rendu le délibéré du procès du deux juillet dernier, un pique nique battra son plein dans le jardin de la Garenne.

Pour manger, parler, s’organiser, cet instant partagé sera la preuve qu’aucune loi ne peut saper notre volonté à lutter.

Derniers articles de la thématique « La Garenne » :

Appel à cuisine solidaire pour les Exilé.es

Quelles que soient les résistances, elles commencent généralement avec une histoire de cantine populaire, parce que le besoin premier de tout humain est de se nourrir, le suivant de se soigner et de s’abriter. Se donner les moyens de l’autonomie, mais surtout les donner à d’autres, me semble un...

L’université de Rouen en lutte pour les exilé.es

La mobilisation continue à la faculté de Rouen : une assemblée générale aura lieu le 20 novembre sur l’esplanade de la faculté de Lettres à 10h et le jeudi 22 novembre l’ensemble du personnel et les étudiants en lutte appellent à manifester à 13h au départ de la cathédrale. Voici leur...

> Tous les articles "La Garenne"

Derniers articles de la thématique « Exilés-Sans papiers » :

Race et histoire

« Nous savons maintenant que la Terre n’est qu’un point dans l’Univers. A part le nôtre, quantité d’autres mondes existent, et l’astronomie en découvre toujours des nouveaux, dans l’infini. » Ou comment penser la gestion de « l’autre », de « l’étranger ...

> Tous les articles "Exilés-Sans papiers"

Publiez !

Comment publier sur A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours?

A l’ouest - Site coopératif d’informations locales et d’ailleurs, sur Rouen et alentours n’est pas qu'un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail alouest@riseup.net